Réunion du 27 octobre 2018

Nous avons accueilli un nouveau participant féminin. Nous sommes contents d’avoir maintenant deux femmes dans notre groupe.

Après un partage de nouvelles, surtout concernant le récent Conseil d’Administration qui a eu lieu à Paris les 20-21 octobre, nous avons commencé la discussion. Mais pas sur le sujet prévu. Chacun-e a parlé plutôt de son histoire personnelle. Comment s’est-on reconnu-e comme homosexuel-le? Assez facilement, ou avec des résistances? Assez tôt ou plutôt tard? Puis nous avons parlé de notre sortie du placard. Est-ce nécessaire ou utile? S’ouvre-t-on à sa famille ou plutôt à des amis? La discussion a été très chaleureuse.

Notre petite bibliothèque se met en place, en dépit de quelques problèmes de livraison des livres.

Réunion du 28 septembre 2018

Nous n’étions pas très nombreux à cette réunion où nous avons pourtant reçu la visite d’Yves du groupe local de Nantes.

Nous avons parlé de l’avenir du groupe. La question s’est posée du lieu de nos rencontres. Certains ont trouvé que la nature du lieu avait peu d’importance. D’autres, plus nombreux, ont exprimé leur préférence de rester dans un local qui appartient à l’Église. En tant que mouvement chrétien, il est important de se réunir dans un lieu chrétien. Ce désir sera relayé au curé de la paroisse qui est responsable de notre lieu habituel de rencontre.

Certains ont exprimé leur désir de weekends spirituels. Différentes possibilités on été évoquées.

La formation d’une petite bibliothèque de prêt a également été évoquée. Des livres seront achetés.

Il y a eu des nouvelles de l’équipe diocésaine Homosexualité et Vie Chrétienne qui va organiser une soirée d’information le 27 novembre.

Réunion du 23 juin 2018

Au cours de cette réunion nous avons tenté de répondre à des questions reçues du Bureau National au sujet des 5 axes qui composent l’actuel Projet Associatif de David & Jonathan. Ces axes sont:

  1. Promouvoir l’épanouissement spirituel
  2. Favoriser l’épanouissement personnel des membres
  3. Renforcer la solidarité
  4. Lutter contre la discrimination, surtout l’homophobie religieuse
  5. Lutter pour l’égalité des droits

(1) Nous avons beaucoup parlé du premier point. Certains membres du groupe sont également membres de la Communauté de Vie Chrétienne (CVX), ce qui est vu comme complémentaire aux activités de D&J. Nous avons également mentionné la formation, à la demande du diocèse de Nancy-Toul, d’une équipe qui cherche à améliorer l’accueil dans les paroisses des personnes homosexuelles et leurs familles. Des membres du groupe font partie de cette équipe.

(2) Nous avons trouvé que la simple participation aux réunions du groupe permet un épanouissement de la personne.  (3) Quant à la solidarité, certains membres font partie de l’ACAT et participent à la Nuit des Veilleurs, une veillée de prière pour les victimes de la torture. (4) L’un de nous trouve l’expression « homophobie religieuse » trop négative. D’autres la trouvent simplement réaliste. (5) Sur le dernier point, nous avons remarqué que l’un de nos membres a subi une grave discrimination dans son travail.

Réunion du 5 mai 2018

À la réunion de mai nous avons discuté de la question: Présence ou absence de Dieu dans ma vie?

Voici quelques réflexions que nous avons partagées.

« L’important est de se rendre présent à Dieu et de rendre Dieu présent aux autres. »

« L’Église est imparfaite, mais essentielle. »

Réunion du 21 avril 2018

Nous nous sommes retrouvés le samedi 6 avril en petit nombre, seulement 6 personnes. Nous avons donné quelques nouvelles des relations avec le Diocèse de Nancy et de Toul: il y a des développements très encourageants. Nous avons parlé de la possibilité de créer une petite bibliothèque de prêt et nous avons regardé quelques titres de livres qui pourraient en faire partie. La discussion reprendra à la prochaine réunion: nous espérons y être plus nombreux.

Après le repas, nous avons discuté du sujet du jour: M’accepter, me dévoiler, me construire? Nous avons comparé nos sentiments et nos situations. L’acceptation de soi semble général, alors que le fait de se dévoiler est moins courant et dépend des circonstances. Enfin, pour se construire, tous ont parlé de l’importance de vivre en couple.

Réunion du 17 février 2018

Nous nous sommes retrouvés au nombre de neuf. Nous avons discuté autour de la question Qu’est-ce que Jésus pour moi: maître, Seigneur? Autre chose? Pour nous aider dans nos réflexions, nous avons lu le passage de l’Evangile de Jean (Jn 13, 1-17) qui raconte le lavement par Jésus des pieds de ses disciples. Les points de vue des différentes personnes sont très variés. Mais tout se passe dans la bonne humeur.

Réunion du 13 janvier 2018

Nous nous sommes retrouvés à Bruyères dans les Vosges, chez Michel pour l’apéro, ensuite dans les locaux paroissiaux pour le repas et la réunion. Nous avons fait l’Assemblée Générale annuelle avec l’élection des responsables: sans autres candidats, nous continuons avec les mêmes. Nous aurions dû recevoir la visite d’une femme trans, qui a dû finalement désister. Ce sera pour une autre fois. Cela a amenée une discussion sur les personnes trans, les différences par rapport aux travestis et aux intersexe. Nous avons comparé nos expériences. Beaucoup ont exprimé le besoin d’en savoir plus, d’écouter des témoignages. Il faut dépasser les préjugés pour aller vers plus d’écoute et un meilleur accueil. Pour cette réunion, nous avons eu le plaisir d’avoir la présence du prêtre de la paroisse.

Réunion du 16 décembre 2017

Nous étions 12, un peu plus donc que d’habitude, pour fêter avec quelques jours d’avance la Naissance du Seigneur. La réunion s’est passée dans la bonne humeur. Nous avons discuté de la question Qu’est-ce que Noël pour moi? en commençant par un court vidéo qui rappellait que le partage est un élément essentiel des célébrations de Noël.  Ensuite chacun a donné sa vision de la fête de Noël: Dieu qui se rend vulnérable comme un petit enfant, importance de la famille, importance de l’ouverture à l’autre et à l’Autre, … La prochaine réunion aura lieu chez nos membres vosgiens.

Fêtons les anges gardiens

Homélie de Luís Correa Lima (Brésil)

Aujourd’hui, le 2 octobre, c’est la fête des anges gardiens. Célébrer les anges gardiens, c’est célébrer la providence divine. Dieu est du côté des petits et de ceux qui souffrent: comme le mendiant Lazare, qui a vécu couvert d’ulcères, et après sa mort les anges l’emportent dans le sein d’Abraham. Dieu est également du côté des personnes LGBT qui souffrent de la discrimination, de la haine et de la persécution.

Je connais l’histoire d’un étudiant universitaire au Brésil, élevé dans une famille catholique. Sa mère distribuait la communion. L’endroit où il aimait passer du temps c’était l’église. Mais à cause de son homosexualité, le prêtre de sa paroisse fait une homélie homophobe à la messe. Il dit que les homosexuels ont un démon, que plus longtemps ces gens vivent, plus ils commettent de péchés et qu’il vaut mieux qu’ils ne vivent pas trop longtemps. Après avoir entendu le prêtre parler ainsi, et voyant les autres fidèles hocher la tête en approbation, ce jeune homme prend une décision: ‘Ce démon-ci ne vivra plus longtemps.’ Il décide que le 17 septembre 2011, il montera sur le toit d’un haut immeuble du centre ville et que là il sautera. Il écrit une lettre à sa famille et la met dans son sac-à-dos. À l’aube du jour fatidique, il prend le bus pour aller vers le centre ville. Mais il rencontre un ami dans le bus qui lui dit: ‘Si on allait au colloque à l’Université Catholique!’ C’était un colloque sur les droits civiques des personnes gays.

Il ne voulait pas y aller, mais son ami insiste. Il accepte parce que l’université est sur son chemin. De là il ira vers le centre ville pour faire ce qu’il avait prévu. En arrivant à l’université, il voit dans le programme qu’un prêtre allait parler dans l’après-midi et il décide de rester pour entendre le discours du prêtre. Le prêtre parle de l’amour que Dieu nous porte, il dément l’homophobie religieuse et dénonce les textes assassins de la Bible que l’on utilise contre les personnes LGBT.

Après le cours, le jeune homme va voir le prêtre et lui dit: ‘Vous ne pouvez pas imaginer le bien que vous m’avez fait. J’étais sur le point de me suicider.’ À partir de ce moment-là, le prêtre est devenu un de ses amis proches. Quelques jours plus tard, le jeune homme lui écrit pour raconter toute l’histoire et il termine par cet appel: ‘Père, vos paroles sauvent des vies. Pour l’amour de Dieu, ne vous arrêtez pas!’

Ce jeune homme habite à Recife, au nord-est du Brésil. Ce prêtre c’était moi. J’étais là parce que j’avais été invité à ce colloque. Au cours de mes 21 ans de vie de prêtre, cette histoire est la plus dramatique, la plus exaltante, que j’ai vécue. Dieu peut se servir de nous comme des anges gardiens dans la vie des autres. Il y a beaucoup de blessures et de souffrances dans ce monde provoquées par l’homophobie et la transphobie. Nous avons la Bonne Nouvelle, l’Évangile, à lire à la lumière de l’amour véritable. Dieu veut que tous aient la vie et la vie en abondance. C’est à nous de traduire ce message et de le porter vers les personnes LGBT, pour dépasser le moralisme qui étouffe la Bonne Nouvelle. Dieu nous donne beaucoup de talents, y compris l’occasion de nous réunir pour créer un réseau mondial. Espérons que nous puissions jouer le rôle d’anges gardiens dans la vie de beaucoup de personnes. Amen.